Inspiration

Love sur Netflix : la série de l’année

J’ai découvert cet été cet objet so millenial, à la fois générationnel et pourtant si universel. J’ai nommé la série Love par Netflix. Produite par ni plus ni moins que le pape de la comédie romantique Judd Apatow, servie par un casting génial, Love nous conte les déboires sentimentales de Mickey, Gus et Bertie, dans un Los Angeles qui semble déserté par le romantisme. Alors que la première saison a été encensée par la critique, penchons-nous sur la seconde, sortie le 10 mars 2017 sur Netflix. Attention : cet article contiendra quelques spoilers, mais qui ne vous gâcheront absolument pas le plaisir au visionnage.

La première saison nous avait laissé un goût doux-amer. Mickey prenait conscience de ses contraditions et – nombreuses – addictions, Gus revoyait ses ambitions et Bertie faisait une belle rencontre. La deuxième saison reprend exactement là où la première s’était achevée. Mais cette fois-ci, nos personnages vont faire des choix et se frotter un peu plus à la vie.

Pourquoi Love vaut le coup d’être binge-watchée, encore et encore ? Tout simplement parce que rares sont les séries qui mettent autant en avant la douceur et la gentillesse. Les personnages de Gus et Bertie sont adorables, sans être ridicules ou abrutis, et c’est une bouffée d’air frais. Je trouve que les séries et films actuels ne promeuvent généralement que des personnages brutaux, pseudo-cyniques ou vaguement désabusés. Love ne suit pas la règle. Mickey, Gus et Bertie ne cherchent que l’amour, le vrai, celui qui se vit en se remplaçant ses défauts par empathie et tendresse. Et ça fait du bien.

Cette saison 2 se concentre plus sur les addictions de Mickey et sur son sevrage. J’aime particulièrement le fait de voir ENFIN un personnage sexolique à l’écran. Oui, cette addiction existe et est bien trop souvent passée sous silence. Je ne peux que me réjouir de voir Love en parler et expliquer que oui, on peut aussi se saouler et s’abîmer à coup de sexe et d’intimité. J’aurais bien aimé qu’on se concentre un peu plus sur les 12 Etapes des Alcooliques Anonymes, et pas seulement qu’on nous montre Mickey refuser un verre, mais bon, les réunions sont là, je ne vais pas m’en plaindre !

Les acteurs restent en pleine forme. Gillian Jacobs est toujours aussi solaire et, Dieu merci, ici les trentenaires sont bien joués par des vrais trentenaires ! Paul Rust, qui co-produit la série avec l’aide de son épouse, me bluffe toujours autant. D’abord, je suis transportée de voir enfin des physiques différents sur Netflix (avec Chewing Gum, c’est la seule que j’ai repéré) et son talent transpire dans chacune de ses répliques. Claudia O’Doherty fait toujours plaisir à voir, donne un souffle et une vraie impulsion à beaucoup d’épisodes.

Tout n’est malheureusement pas parfait et j’ai quelques petits reproches à faire à Love. Tout d’abord, reprendre l’action en continu, juste à la fin de la saison 1, c’est une bonne idée. Sauf que… En un an, les acteurs ont eu le temps de changer un peu de tête. Et c’est particulièrement vrai pour le personnage de Arya, jouée par Iris Apatow… Entre treize et quatorze ans, on change beaucoup, et comme quelques jours au plus sont censés s’être écoulés entre les deux saisons… C’est tout juste si on ne la reconnaît pas. Autre point faible – mais qui se discute – : la réalisation manque d’unité. Presque un réalisateur par épisode, c’est un peu dur. Si chacun-e a visiblement eu le droit d’apposer sa patte, la qualité s’en fait ressentir. Certains épisodes, sans être médiocres, sont vraiment en-dessous du lot. La musique, qui était excellente dans la première saison, est parfois nettement moins bien. Mais toute la saison reste d’excellente facture et un vrai plaisir à regarder. Mention spéciale à la réalisation du dernier épisode, qui est vraiment géniale.

Love, en un mot, c’est un cupcake doux et acidulé qu’on peut dévorer sans modération. Une série intelligente, empathique et on ne peut plus d’actualité. Pourquoi sommes-nous obsédés par la recherche de l’âme-soeur alors que la société nous vend sexe en boîte et amour d’un soir comme le nec plus ultra ? Love est une bouffée d’air frais, et j’attends la troisième saison avec beaucoup, beaucoup d’impatience.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Love sur Netflix : la série de l’année »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s